AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .
 

 Legacy, Gold & Polski [Ian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 2
Date d'inscription : 20/06/2014
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 20 Juin - 13:25.
Ces jeunes insatisfaits de la génération Y. Si on ne leur donnait pas leur dû sans le moindre effort, ça n’allait pas ! Et encore, ils pourraient en demander davantage, insatisfaits de ce que l’on voulait bien leur donner. Devant l’appétit croissant de mon fils qui en voulait toujours davantage, j’avais envie de sourire. Il ne pourrait tout avoir comme son bon vouloir. Où était le challenge s’il ne devait pas mériter sa part d’héritage ? Autant le donner au premier passant dans la rue, le résultat en serait tout aussi identique. Mon fils demeurait encore un parfait étranger pour moi, en l’état actuel des choses, je faisais mon possible pour me rapprocher de lui et l’apprécier à sa juste valeur. Je ne pouvais tout lui donner comme si je le connaissais depuis tout petit. Il me fallait voir ce qu’il valait réellement. Sa déception se lisait sur son front, cependant je ne lui donnerai pas la facilité bien au contraire.

« Un peu de motivation voyons ! Je suis certain que tu en es capable, après tout tu es un Opalinski ! »

Qu’il ne soit pas défaitiste voyons ! Je voulais l’encourager, les seules choses que je pouvais lui proposer car je n’allais pas me montrer plus sympathique. Les règles établies resteraient gravées dans le marbre, je ne pouvais me permettre de les transgresser davantage, après tout il avait maintenant droit d’avoir un héritage, alors que deux siècles plus tôt, les bâtards n’étaient pas acceptés au sein de la famille. Un héritage apportait droits et devoirs et c’était ainsi, Ian s’y ferait ou n’aurait presque rien. La vie n’était pas le long fleuve monotone et inintéressant. Et il n’était pas question de le punir s’il refusait, il n’aurait simplement pas sa part dans sa totalité. Je ne le déshériterai pas pour autant, cependant les actions et tout l’argent fait pour être investi ne lui reviendrait pas de droit. J’essayais de le raisonner pour autant, ce n’était pas non plus dramatique ce que je lui demandais ! Il était également testé sur sa propre volonté, car il pourrait avoir s’il veut, il ne lui suffisait que de se donner les moyens pour réussir au lieu de se lamenter sur la difficulté de la tâche à mener.

« Qui te parle de punition ? Je ne pourrais t’accorder la gestion de terres, ou un héritage que tu ne saurais gérer, j’en suis navré. La richesse de ton apprentissage te permettra de comprendre davantage le point de vue de tes ancêtres, et les raisons pour lesquelles notre famille s’est enrichie au cours des deux derniers siècles. Tu as besoin de ce regard-là, de cette nouvelle perspective. Libre à toi ensuite de faire ce que tu voudras, mais tu dois quand même apprendre. Apprendre qui tu es, tes racines, tes origines. Tu as plus de 200 ans d’histoire qui coule dans tes veines. »

Je m’étais exprimé avec cette passion qui m’aspirait depuis longtemps. La généalogie m’avait toujours plu et je connaissais sur le bout des doigts le nom de mes ancêtres. Je serai évidemment déçu si mon fils baissait les bras à la première difficulté, mais néanmoins le respecterait.

« Penses-y. C’est un investissement qui à long terme portera ses fruits, je peux te le garantir. »

S’il réussit, j’en serai fier, très fier même. Il était différent de tous mes enfants réunis car son éducation différait, sauf que son caractère provenait de sa famille sur certains traits que je reconnaissais bien. Il était probablement encore trop tôt pour lui de se rendre compte de tout ce qui l’attendait. J’attendais certes beaucoup de lui, et pour lui passer d’orphelin à avoir un père qu’il découvre un peu par hasard sans avoir cherché ses origines restait déroutant. Je croyais fortement en lui, il s’en sortirait avec brio et changé.
Mon fils, ma bataille.

« Que penses-tu faire par la suite ? Penses-tu passer toute la carrière au théâtre de Réversa ou aspires-tu à aller ailleurs ? »

Ses ambitions, ses projets d’avenir. Je n’avais encore jamais connu une personne passionnée par son travail changer au cours de sa carrière plutôt que de rester au même endroit à effectuer les mêmes choses. Est-ce que mon fils pensait la même chose ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ian Curtis
❝ ❞
Messages : 9
Date d'inscription : 07/06/2014
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 24 Juin - 3:34.
« Un peu de motivation voyons ! Je suis certain que tu en es capable, après tout tu es un Opalinski !  »

Ha, ha, ha. J'ai presque envie de rire.

D'un rire jaune.

Franchement, il y a des choses qui me motivent, mais le fait de devoir apprendre le Polonais et la gestion financière est loin de me motiver. Fait chier ! Qu'il me passe le pognon et qu'il me foute la paix, sérieux ! Un soupir franchit mes lèvres. Je suis un Opalinski, ô joie ! Je ne suis toujours pas sûr que cela me réserve de bonnes surprises dans le futur. Ouais, parce qu'il y a sûrement des gens en ville qui se souviennent encore de mon "frère". Alek a su terroriser pas mal de gens à Réversa et a été l'un des meilleurs symboles du gouvernement angélique. Un gouvernement que j'ai aidé à renverser. Du coup, hors de question qu'on m'associe à Aleksanteri, et ce même s'il est mort. L'horreur, quoi !

Je demande au vieux si je serai puni si je refuse de me soumettre à ces ordres. Il ne m'a pas parlé de punition, mais franchement, apprendre le Polonais en est une. Mais enfin, ça aurait pu être pire, hein Curtis. Pire ? Sauf si les Opalinski avaient été hongrois, allemands ou turcs. Quoique, je me demande si le polonais n'est pas plus difficile encore que le turc. Je hoche la tête, ayant définitivement perdu l'appétit, alors que Stanislaw continue de parler. Ouais, ouais, c'est ça, j'ai besoin de cette nouvelle perspective. Celle de l'argent qui pleut sur moi, alléluia.

Je relève la tête et pose mon regard sur mon père lorsqu'il dit que j'ai plus de 200 ans d'histoire qui coule dans mes veines. Mouais. Encore heureux que ce soit ça et non pas mon sang qui coule dans les veines d'un vampire âgé de 200 ans, hein. T'as des pensées vraiment con parfois, Curtis. Merci, j'en suis flatté... mais je te promets, je ne perdrai pas mon humilité.

« Penses-y. C’est un investissement qui à long terme portera ses fruits, je peux te le garantir.  »

Je lui adresse un sourire, plus convaincant cette fois-ci. Un investissement qui portera ses fruits. Hum, j'ai envie de dévorer ces fruits-là, tiens...

« J'y penserai, père. »

Le vieux reprend la parole, me demande ce que je pense faire par la suite. Parler théâtre, voilà une idée qui me plaît davantage.

« Que penses-tu faire par la suite ? Penses-tu passer toute la carrière au théâtre de Réversa ou aspires-tu à aller ailleurs ?  »

« Pour l'instant, je me sens bien ici. J'suis chez moi, et je suis l'un des plus anciens de la troupe. Nous avons peu de moyens, mais plein d'idées, on est une grande famille. Et puis, j'ai mon opposée à Réversa aussi... Pas sûr que ce soit une bonne idée de quitter la ville. Même si j'aimerais retourner bientôt à Londres pour une représentation, en fait. »
Revenir en haut Aller en bas
 

Legacy, Gold & Polski [Ian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» blue, gold and silver glitterbug
» pigment old gold
» Comparaison entre Vanilla et White Gold
» Cadeau d'anniversaire Sephora Black/Gold 2014
» Carte Sephora Gold

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ceinweyn test :: Réversa City :: Fortune Street-