AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .
 

 Un dépannage inhabituel [William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 07/06/2014
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 19 Juin - 21:16.
L'homme était mordant et quand elle avait demandé si la place était libre, il avait vite fait de dire que non. Cela ne manqua pas de la faire sourire. Riley ne s'était pas démontée et s'était installée avec calme. Elle se disait que s'il attendait quelqu'un, cela devait être elle. Elle serait rapidement fixée. Elle s'était doutée dès le début que cet informaticien dont on lui avait passé le numéro n'était pas n'importe qui. Même si la rousse se demandait bien ce qu'il avait de particulier quand elle le regardait. Pas grand chose, visuellement parlant. Il n'avait pas l'allure de son Harald, de son compagnon d'elfe. Rapidement, l'ancienne résistante chassa le père de son enfant de sa tête. Ce n'était pas le moment de penser à lui. Pas alors qu'elle brisait une promesse qu'il avait oublié. Mais que pouvait-on bien briser quand au final, la mémoire avait disparu chez l'un des deux ? Il n'y avait plus que Riley pour porter leurs deux mémoires. Alors que l'homme s'acharnait sur elle, la femme parla calmement du café. Non elle ne se laissait pas faire. Elle avait eu pire en face d'elle, des vraies brutes qui pouvaient lui démonter la tête sans aucun effort.

Si elle avait montré ses émotions ou s'était dégonflée, elle n'aurait jamais pu diriger la Résistance et se serait faite dévorer par des hommes qui faisaient deux têtes de plus qu'elle. Visiblement, l'homme en face d'elle se calmait. Il ne semblait plus vouloir la chasser maintenant alors qu'il demanda un second café. Riley posa son regard bleu clair glacial sur l'inconnu quand enfin, il consentit à faire un demi-sourire. Calmement, l'empathe pencha la tête sur le côté. Son visage n'exprimait aucun sourire, une certaine dureté mais c'était ce qu'elle était.

« Et bien nous verrons bien pour combien de temps nous en aurons. »

Elle avait suffisamment d'argent pour le payer. L'argent n'avait jamais été un problème et cela ne le dérangerait pas du tout de le faire surtout concernant ce travail. Elle voulait retrouver l'homme qui les avait aidés pour le remercier. C'était un peu tard pour remercier quelqu'un deux ans après, mais elle y tenait. La jeune femme se présenta, tendant la main et elle se demanda un instant si l'inconnu allait la prendre. Finalement, leurs paumes se touchèrent mais aucune émotion ne traversa l'empathe. Son don semblait endormi, refusant d'agir alors que là, il aurait pu être utile. Il était rageant pour Riley de n'avoir aucun contrôle sur ce don instable qui s'exprimait quand cela lui chantait. William, intéressant.

« Enchanté Will. »

Cela lui faisait drôle de dire Will sans penser à un autre Will, ancien résistant qui avait dévoilé la liste des humains à dons et des opposés. Une trahison pour elle qui résonnait encore au fond de son âme. Elle hocha la tête quand il l'interrogea pour l'ordinateur et lentement, avec précaution, ouvrit la sacoche.

« Ne t'inquiète pas. On t'a chaudement conseillé et peut-être que tu pourras m'aider pour ce que je veux. »

Elle ouvrit son ordinateur, l'alluma et attendit d'arriver sur la page cryptée d'informations qu'on lui avait envoyé, des années auparavant, le temps de la résistance. Riley regarda droit dans les yeux William.

« J'aimerais que tu promettes que tout ceci va rester entre nous. Je cherche quelqu'un de précis mais je ne veux pas que cela lui porte préjudice. »

Lentement, elle tourna l'ordinateur vers lui pour qu'il voit l'écran et ainsi le fichier. Elle n'avait pas forcément compris ce que les autres informaticiens avaient tenté de faire mais ils s'étaient bien cassés les dents là-dessus. Même avec les adresses mails, les informations anonymes données sur l'ancien gouvernement angéliques, rien n'y avait fait. Pourtant Riley avait soigneusement tout gardé dans son ordinateur, avec un code de protection et avait tout classé. Tout ce qu'on avait pu lui dire, c'était que la personne qu'elle cherchait ne voulait pas être trouvée.

« Je ne te cache pas que tu n'es pas le premier qui va bosser là-dessus. Je cherche une personne particulière, un informateur. Du temps de la résistance et du gouvernement angélique, nous avons reçu des mails d'informations primordiales. Sans elles, renverser le gouvernement aurait été plus long et plus dur. Je veux retrouver cette personne mais il a su très bien se cacher... »

Souffla-t-elle pensivement. Bien loin de se douter qu'en réalité, elle s'adressait à son informateur.

« Si tu penses que c'est perdu d'avance, dis-le moi. Les autres avant toi n'ont pas tenu longtemps. Il semblerait que l'informateur soit très doué pour cacher ses traces. »

Un ange gardien qui avait su les aider en période de guerre. La résistance n'avait pas été seulement composée de gens comme elle ou comme des gens de terrain mais aussi des civils qui œuvraient dans l'ombre. Riley avait bien entendu compris ce désir de rester dans l'ombre mais aujourd'hui, elle éprouvait le besoin de trouver cet informateur et tout simplement, dire merci. Peut-être que cela lui permettrait de boucler la boucle.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 16/06/2014
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 26 Juin - 9:59.
Le mystère dont la blonde tapisse la tâche à effectuer pour un paiement informel l’étonne forcément. « Euh, ouais … Ouais, si tu veux. T’sais, je m’en fous moi, tes … trucs ? me regardent pas. » réplique-t-il en réponse à la requête de Riley, geste ample du poignet enveloppant l’ordi au fichier encore caché à sa vue. Au fond, il s’en cogne. Boulot pour boulot, celui là sort un peu de l’ordinaire pour le moins qu’il puisse en dire. Le truc, c’est qu’il sait toujours pas qui elle est. Riley Reid, Riley … Ce nom lui parle, il sait qu’il l’a déjà entendu. Une jeune femme qui cherche un type. Une flic ? Ils doivent avoir des mecs payés pour ce genre de recherche dans leurs équipes. Ou bien, quelque chose de pas très légal se dissimule derrière les réticences de cette fille ? Boah. On lui a jamais rien demandé de grave ou dangereux, et quand bien même ça serait le cas ? Ca va, c’est pas un saint lui non plus. Non, sérieux, ça l’agace de ne pouvoir la rattacher à rien de précis. Surtout ça, plus que le taff en lui-même.

Et puis, elle tourne le portable. Et le garçon bug. Il bug, parce qu’il ne lui faut pas plus de trois secondes pour identifier ce qu’il voit sur l’écran.

L’un des très rares avantages à devoir affronter les regards inquisiteurs pendant des années en s’interdisant de laisser quiconque s’approcher du secret qu’on garde jalousement, c’est qu’on apprend à mentir. Du moins, à camoufler une émotion sous un masque qui n’attire pas trop l’attention. Will a au moins eu une chance, dans tout le fatras de failles qui lui ont été léguées et avec lesquelles il doit composer. S’il n’avait pas eu un salaud pour père et une défunte pour mère, il aurait été trahi par l’accélération nette des battements de son cœur aussitôt que l’écran lui eut été présenté.

Aujourd’hui, avec aplomb et un certain espoir lisible dans les prunelles rivées sur lui, Riley n’attend rien moins de lui que d’associer un nom aux infos délivrées sous couvert d’anonymat. Rien moins que de se griller lui-même, peut être sans avoir la moindre idée de ce qu’elle lui demande.

« (…) Je veux retrouver cette personne mais il a su très bien se cacher... »

Les renseignements qu’elle lui donne lui accordent un temps de répit, pendant lequel il peut reprendre une contenance. Au mieux, son choc passera pour de la réflexion devant la complexité de la page affichée. Il porte l’ordinateur à lui en grommelant un simple « Donne » impatient, parcourt les fichiers des yeux pendant que ses doigts s’activent sur le pad et les touches avec une dextérité trahissant une habitude évidente. Ses explorations silencieuses lui ôtent finalement tout doute : le dossier ne renferme que les fichiers qu’il a envoyés à la Résistance, tels qu’ils les a fournis. Tous les fichiers, et rien d’autre. C'est sûr, c’est bien lui qu’elle s’est mise en tête de retrouver. Et ça craint.

Il délaisse la machine pour s’intéresser à Riley. Riley. Oh putain. La Résistance. Mais qu’est ce qu’il est con … Soupir prolongé. Son dos se cale à nouveau contre le bois inconfortable du siège qui accueille ses fesses, et il n’y a plus rien de feint dans son expression songeuse alors qu’il passe une main sur son crâne pour virer les mèches trop longues qui lui barrent le front.

« Si tu penses que c'est perdu d'avance, dis-le moi. Les autres avant toi n'ont pas tenu longtemps. Il semblerait que l'informateur soit très doué pour cacher ses traces. »

Elle sait pas. Il en est persuadé, elle sait pas qui il est. Mais l’autre certitude qui s’incruste en lui n’est pas plus réjouissante : elle risque de s’acharner jusqu’à ce qu’elle obtienne satisfaction. Fallait bien que ça arrive un jour, mais à vrai dire il espérait y échapper. Que sa contribution se suffirat à elle-même, et qu’on lui foute la paix ensuite. Son atout est de connaître les protections mises en place pour les avoir lui-même jalonnées. Et que jusqu’à ce qu’il sache comment réagir dans ce plan galère, il va peut être pouvoir gagner du temps. Il secoue la tête, choisit pour une fois ses mots.

« Y’a pas de cryptage impossible à démonter, suffit de trouver la faille, et celui là en a forcément un aussi. »

Les boissons sont apportées à leur table, William s’interrompt un instant, songeur, regard vague passant de la serveuse à l’écran sans les voir vraiment. Puis, comme pris d’une motivation soudaine, il se redresse pour s’attaquer à l’engin.

« Laisse moi une minute. »

Il lui en faut en réalité bien plus pour s’assurer de la fiabilité de ses protections élaborées il y a plusieurs années, si bien qu’il en oublie café et jeune blonde en multipliant les manipulations de clavier à un rythme aussi effréné que les mouvements de ses iris éclairés par les pixels changeant inlassablement devant eux. Finalement, le café est froid lorsqu’il relève les yeux vers Riley avant de se décaler pour s’approcher d’elle et lui présenter tout un tas de fenêtres enchevêtrées, chacune contenant son lot de mots, chiffres, balises et autres ponctuations sans doute parfaitement illisibles pour elle.

« Regarde. Tu vois, là, c’est ce que je peux tirer en brut de chaque document. Autrement dit, pas grand-chose. Ils me renvoient tous aux sites où les infos ont été chopées, mais c’est tout. Faudrait que j’aie le lien qu’il t’a envoyé, et à supposer que le serveur soit pas HS j’aurais une chance de le tracer, sinon j’devrais d'abord me taper tout le code qu’est déjà chiant à trouver, alors à déchiffrer … J'te ferais pas ça là en une heure, même avec une tonne de café. » Frémissement des lèvres en un sourire furtif. « A mon avis, et c’est pour ça que les autres ont rien trouvé ... si ton informateur a su accéder aux sites du gouvernement il doit s’y toucher en sécurité et en brouillage de piste. Doooonc … Pour résumer, c’est jouable, à priori. Casse couille, long, mais jouable. »

Une pause.

« Mais quitte à y passer une plombe, et même si je t’ai dit que ça me regardait pas, j’aimerais savoir un minimum pour quelle raison je vais faire tout ça, et pour quel montant. J’me dis que si cet indic se planque autant, il a peut être une bonne raison. Et j’ai pas tellement envie de foutre en l’air la vie d’un mec ou d’une fille que je connais pas. Tu le cherches pour quoi, au juste ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

Un dépannage inhabituel [William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ceinweyn test :: Réversa City :: Black Alley-